Jour 6 – Los huertos organicos

La journée d’aujourd’hui a été tout entière consacrée à la visite de communautés impliquées dans le projet « huertos organicos » (culture biologique), encadré par la pastorale sociale du diocèse. Ce sont au total quatre communautés que nous avons pu ainsi visiter. D’autres sont au programme de notre journée de demain.

Avant de vous détailler nos rencontres, quelques impressions résumant toute notre journée : quelle chaleur dans l’accueil reçu à chaque fois, quelle fierté chez ces personnes par rapport au travail accompli, quel attachement à leur terre, quelle résilience par rapport aux difficultés rencontrées, quels respect et confiance  vis-à-vis des « ingenerios » de la pastorale sociale (Luis et Guido), quelle générosité …

Bon, venons-en au résumé de notre journée.

Les deux premières communautés visitées dans la matinée se situent à proximité de Guamote, à une heure de marche pour être plus précis (c’est le trajet que font tous les jours les enfants de ces communautés pour se rendre à l’école à Guamote  !).

La communauté Inmaculada Concepciòn se situe en hauteur sur les pentes de la vallée. Nous y rencontrons le président de la communauté ainsi qu’un groupe de femmes, accompagnées de quelques petits enfants. La responsable du groupe nous montre son jardin potager et nous explique les différents types de légumes qu’elle y cultive : brocoli, chou-fleur, chou rouge, carotte, et autres, plus locales comme par exemple le chocho, une légumineuse qui s’apparente aux lentilles. Elle nous explique qu’au début, la totalité de la production était pour la consommation de la famille.

Maintenant, un petit surplus permet une activité de vente une fois par semaine à Guamote. Nous voyons ainsi plusieurs parcelles et à chaque fois recevons les explications de leurs propriétaires respectifs. Guido et Luis qui nous accompagnent prodiguent aux membres des communautés leurs conseils d’experts, notamment sur la manière de protéger les cultures des insectes, sur l’importance de désherber … Le problème majeur rencontré ici est l’absence d’eau ; le peu d’eau disponible est réservé à l’usage comme eau potable et ne peut être utilisé à des fins d’irrigation. La visite se termine par un échange avec les femmes de la communauté à l’intérieur du bâtiment de l’église récemment terminé. Nous recevons en cadeau, de beaux légumes.

La deuxième communauté est celle de Cumandà El Molino. À l’inverse de la précédente, celle-ci se trouve dans le fond de la vallée, le long du rio Guamote. L’approvisionnement en eau pour l’irrigation des cultures ne pose donc pas ici de problème. A nouveau nous recevons un accueil chaleureux de la communauté et les explications d’usage. Après une balade dans les jardins potagers, nous rejoignons un local où nous est servi un repas typique : « cuy con papas ». Imaginez notre surprise de recevoir chacun un demi cochon d’Inde rôti dans notre assiette, à manger, excusez du peu, à l’aide d’une … cuillère.

dscn3933

C’est un honneur qui nous est fait à travers ce repas de fête. En quittant la communauté, nous croisons sur le bord de la route la responsable de la communauté de Inmaculada Concepciòn, descendue dans la vallée pour nous offrir à chacun, un fromage frais de leur fabrication.

L’après-midi, nous apporte également son lot de surprises ; dans la première communauté visitée, celle de Cebadas, il nous est proposé en guise de cadeau de bienvenue, un plat de cuy con papas, que nous devons, au grand dam de la responsable de cette communauté, décliner ; nous emportons avec nous ce repas pour plus tard. Ce qui suit est tout aussi surprenant, nous sommes conduits à un jardin où les femmes de la communauté nous montrent comment sont préparés les fertilisants 100 % à base de produits naturels, ainsi que le produit pour lutter contre les insectes. La composition respective de ces deux produits est tout-à-fait étonnante (bouse de vaches, cendres, déjections de cuy …). Nous vous en donnerons les détails à notre retour.

La dernière communauté de la journée est celle de Telàn qui s’inscrit dans le même modèle que les précédentes. Ici cependant, c’est l’eau potable qui fait défaut.

Nous rentrons à Riobamba, après une longue journée très intéressante et qui nous a permis de « concrétiser » en quoi tenait exactement le projet des « huertos organicos ».

Jean-Pierre et José

2 réflexions au sujet de « Jour 6 – Los huertos organicos »

  1. Quel superbe voyage ! c’est très intéressant de vous lire et c’est très diversifié. Je serai super contente de partager tout cela avec vous. Merci de nous tenir ainsi au courant.
    Que Dieu vous Bénisse. Anik. Bivort/Schuermans

    J'aime

  2. C’est chouette de vous lire et de voir comment ces familles mettent en œuvre des pratiques agroécologiques leur permettant de subvenir à leurs besoins sans détruire l’environnement. Elles méritent tous nos encouragements et tout notre soutient.

    En union de prière,

    Mathieu

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s